1976 - 1992 BORIES

C’est en 1964, lors d’un voyage à Gordes avec la famille de Menthon, que GRATALOUP va découvrir les bories dont lui avait parlé à Lyon un de ses amis, Moskochenko.

Pour l’artiste, la borie archétypale est omniprésente dans la pensée de l’architecte, comme dans celle de l’homme en général, qui, lorsqu’il est sorti de la grotte, eut la préoccupation de la reconstituer.

Ces amoncellements de pierres sèches vont donner naissance à la série des Bories. Elles seront exposées en 1976 à la Galerie Marquet (Paris).

"J’avais un copain qui s’appelait Moskochenko et qui dessinait des arbres et des paysages de Provence. Il avait une petite Bastide à Roussillon. Il était lyonnais comme moi. On se retrouvait au « Caveau » lorsque j’étais à Lyon. On parlait beaucoup d’André Lhote, peintre cubiste qui a écrit sur l’art et de son ouvrage « Traité de la figure et du paysage ». Il analysait, entre autres, les toiles de Van Gogh, Paul Klee, Cézanne. Il était très érudit et avait son atelier à Paris. Mais moi, je n’habitais pas à Paris, j’habitais Lyon. Je vivais à cette époque avec Madeleine Lambert.

La borie, c’est un amoncellement de pierres sèches du Midi de la France et de l’Europe du Sud qui, à mon époque, servait de remise d’outils ou de halte à l’ombre. Mais en fait, il s’agit d’une architecture primitive comme le KERN Bouddhiste à figuration sexuée."

GRATALOUP COULEUR LUMIERE

template 200.png

La série Nom Série comporte 86 toiles 

POUR LES AFFICHER EN PLEIN ÉCRAN, CLIQUEZ SUR LA VIGNETTE