1975 - 1985 CHEMIN DE CROIX

En vacances à Sceautres chez Denis Sloan, Grataloup dessine le rocher de basalte noir sur lequel est bâti le bourg et notamment, la maison de son ami.
Ce rocher fut le lieu de célébration de cultes païens. La foi chrétienne y érigea un calvaire. Ce dernier a disparu mais des rampes de fer, en partie détruites par la foudre, subsistaient en 1975 sur le flanc de la montagne.
Grataloup est inspiré par ce paysage minéral, fait de prismes, de failles et d’autres figures géométriques, qu’il a d’ailleurs déjà évoqué dans d’autres œuvres de cette époque.

Il va ainsi débuter la réalisation des quatorze stations du Chemin de Croix, qu'il poursuivra jusqu'en 1985, soit dix années. Elles seront exposées à de nombreuses reprises : en 1991, à Chevreuse, à l’occasion des « Musicales de Chevreuse », organisées par le maire de l’époque, Philippe Dugué ; en 1992, à la cathédrale Saint-Louis de Versailles ; en 2002, à la Chapelle de la Pitié Salpêtrière à Paris ; en 2003, à la Chapelle de la Trinité à Lyon ; puis en 2006, dans l’enceinte des entreprises Bayer à Leverkusen (Allemagne).

« L’invention formelle du Chemin de Croix »
« J’utilise maintenant les pliures sur grands formats. C’est bien à cause des marouflages, du papier sur la toile que la technique des pliures déchirures est apparue. Ces plis amènent une vision dramatique plus intense. Ainsi sur les trois toiles, où Jésus tombe trois fois, la pliure de la première toile occupe la diagonale. La seconde est intermédiaire avec les deux autres. Pour la troisième toile, la pliure est quasi horizontale. Quant à la couleur, elle s’intensifie du rouge sombre au rouge écarlate. Ainsi pour chaque station le papier jouera son rôle d’ « augmentateur » d’une impression dramatique. »

GRATALOUP COULEUR LUMIERE

template 200.png

La série Nom Série comporte 86 toiles 

POUR LES AFFICHER EN PLEIN ÉCRAN, CLIQUEZ SUR LA VIGNETTE